This page has not yet been translated into Engels. If you can offer a translation contact us at web@maisondelapeche.be

Crapaud commun (Bufo bufo)

Description

Systématique

Classe des Amphibiens

Ordres des Anoures

Famille des Bufonidés

Bufo bufo (Linné)

 

Détermination

Le crapaud a un corps trapu, une tête latte sub- triangulaire aux petites narines et aux grand yeux latéraux proéminents. Les membres sont forts mais courts aux orteils palmés.

 

Il a une  peau épaisse, ridée et verruqueuse. Il existe plusieurs espèces de crapauds. Contrairement aux autres crapauds qui ont un iris jaune, le crapaud commun a un iris vert vif.

 

Taille

Il mesure de 8 à 13cm pour le mâle, mais jusqu'à 15cm pour la femelle. Les œufs mesurent de 1,5 à 2mm, tandis que les têtards mesurent en moyenne 30mm.

 

Coloration

Elle varie selon le milieu ambiant; pendant la période de vie terrestre, la couleur est très variable; elle va du jaune au presque noir en passant par gris - brun au dos; mais quand il vit dans l'eau, il est en général brun- jaune; le ventre est gris, plus ou moins tacheté.

 

Photographie de Crapaud commun - © Michel Fautsch

 

 

Biologie et écologie

Régime alimentaire

Le crapaud commun se nourrit de vers de terre, mollusques, araignée, fourmis et petits insectes qu'il saisit d'un coup de langue très rapide  et les assomme avant de les engloutir.

 

Les grandes femelles chassent même les petites grenouilles et les souris. Les têtards vivent en bandes et se nourrissent d'algues.

 

Reproduction

A la fin de l'hiver (début du printemps) des centaines de crapauds arrivent parfois de très loin pour se multiplier. Ils se rassemblent le plus souvent près des étangs, dans la forêt ou dans le champs. Ce crapaud qui sort de sa léthargie, se précipite également à l'eau- souvent lors d'une migration massive pour l'accouplement. D'une année à l'autre, il retourne souvent au même étang. Le mâle lance des ''roucoulades''.

 

L'accouplement dure plusieurs jours dans l'eau, les deux partenaires remontent périodiquement en surface pour respirer. La ponte compte 2000 à 6000œufs - de 1,5 à 2mm; aussitôt fécondés; les têtards naissent 4 à 6 jours après. Deux mois plus tard, le crapelet quitte l'eau dans laquelle il risque de se noyer. Il regagne la terre ferme et poursuit sa croissance en se nourrissant de fourmis et de pucerons. La durée de vie tourne autour de 7 à 10 ans, mais on a pu observer des spécimens de plus de 35 ans.

 

Photographie de ponte de crapaud

 

Habitat

Il aime les régions à grandes surfaces en friches, sableuses ou argileuses.

 

Le crapaud passe l'hiver blotti sous des amas de feuilles, de pierres ou de branches, ou s'installe dans le terrier abandonné par un rongeur. Pendant ce temps, sa respiration se ralentit et il ne s'alimente plus. Il occupe dans notre pays, des habitats qui peuvent être considérés comme l'habitat primaire de cette espèce. Il souvent été observé à l'entrée de sites souterrains, naturels ou artificiels: grottes, caves canalisations souterraines etc.

 

C'est une espèce tolérante qui s'accomode de pièces d'eau de surface et de profondeur très diverse. Son aire n'est pas limitée par l'altitude dans notre pays. Son activité est essentiellement crépusculaire et nocturne. On ne l'aperçoit le jour qu'après de grandes pluies ou à période de multiplication. Il se déplace promptement en marchant. Il est aussi bon grimpeur et excellent nageur. Il peut rester des heures immobile. Il est solitaire en dehors des périodes de reproduction, durant lesquelles d'importantes migrations peuvent avoir lieu.

 

Habitat du crapaud - © Michel Fautsch

 

Distribution

L'aire d'extension du crapaud commun englobe presque toute l'Europe, y compris la Grande Bretagne et l'Ecosse, la zone tempérée asiatique jusqu'au Japon.

 

Réglementation

Menaces

Le crapaud commun est fort menacé. L'une des causes principales de la régression est la circulation automobile sur les routes que les crapauds traversent lors de leur migration printanière vers les lieux de ponte. Selon certaines études le taux de mortalité est toujours élevé.Il varie entre 15 à 75% atteignant même localement 90%.

 

Les insecticides sont aussi pointés du doigt. ll est démontré que les têtards de celui-ci subissent des altérations létales au contact d'insecticides comme le DDT, la deldine, le thiodan, le chlothion etc (Lüdeman et Neumann. 1960 et Cooke, 1977 in protégeons nos Batraciens et Reptiles,1983)

Voir aussi :

→ Podcast CIR
→ La pêche au féminin
→ Podcast saumon atlantique
→ Les poissons de nos rivières
→ Le permis de pêche wallon